dimanche 19 mai 2013

Traduire un best-seller, à quel prix ?

Non, non, il n'est pas question du tarif demandé ou du pourcentage obtenu sur les ventes, malheureusement, je n'ai aucune information utile à ce sujet. Par contre, si vous en avez, je suis toujours curieuse ;-).
Il est plutôt question du prix que NOUS sommes prêts à payer pour traduire un best-seller.
Dans quelles conditions travaillent les traducteurs littéraires de livres soumis au secret le plus étanche ?
Le nouvel Observateur lève le voile.

Dans son article du 14 mai dernier, Le nouvel Observateur nous fait découvrir la vision d'"Inferno" décrite par Dominique Defert, traducteur du roman de Dan Brown (avec sa collègue Carole Delporte).

De prime abord, j'avoue que j'ai trouvé les mesures franchement excessives : changement de destination quinze jours avant le départ pour une sorte de bunker sans fenêtre, travail 7j/j de 9h à 21h pendant 6 semaines, des vigiles armé, la confiscation des effets personnels au sein du bunker, ports USB du PC bouchés au papier collant, pas d'accès personnel à Internet, pas de Blue Tooth, ...

Franchement, est-ce vraiment une façon de traiter des traducteurs? Bon, d'accord, il s'agit du dernier Dan Brown, mais quand même, on n'est pas des cafards.

Est-ce vraiment l'enfer ?

Puis, je relis l'article posément ainsi que les commentaires. L'un d'eux éveille mon attention : Olivier David a posté le 15-05-2013 à 08:56 - "Nos horaires: de 9h à 21 heures." .../... "Le matin, j’arrive en navette vers 10h10." Effectivement, on sent la fatigue...

Ah ben oui, quand même. Et puis, il y a les plaisanteries, les pauses, les apéros et les siestes. Au bout du compte, j'en viens à me dire que ça fait plutôt expérience à vivre et à raconter à ses petits-enfants, du genre "j'y étais" ou "je l'ai fait". Si, en plus, on touche une bonne rémunération sur les ventes, alors... Ça devient tout de suite plus que supportable.

Alors, au final, cet Inferno, est-ce vraiment l'enfer ? Aimeriez-vous vivre ce genre d'expérience ? Considérez-vous qu'il y a franchement de l'abus ? Bref, qu'en dites-vous?


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Donnez votre avis, ne soyez pas timides.