dimanche 3 mars 2013

Langue source - langue cible

Que signifient "langue source" et "langue cible" ? Ces deux expressions reviennent continuellement dans le langage de la traduction et sont à ce point évidentes aux yeux des traducteurs que nous avons tendance à considérer que nos interlocuteurs savent ce qu'elles signifient. Rien de sorcier en effet. Et pourtant, si personne ne vous les explique, comment les connaître ? 

La langue source est la langue dans laquelle le message est émis initialement. 

La langue cible est celle dans laquelle le message doit être délivré, après traduction.

Par "langue", on n'entend pas uniquement la langue telle qu'elle est communément nommée, mais également sa variante spécifique. Si nous prenons l'exemple du français, rien qu'en Europe, nous pouvons noter des différences importantes entre le français de France, de Belgique et de Suisse. À travers le monde, différentes variantes du français sont également utilisées comme au Canada ou encore dans plusieurs pays d'Afrique ou d'Asie.

Les codes des différentes langues sont repris dans la norme ISO 639. Ce code de deux lettres peut être suivi de deux autre lettres (issues de la norme ISO 3166) indiquant le pays ou la région concerné.

Par exemple, nous aurons FR-FR, pour le français de France, et FR-CA pour le français canadien.

Ainsi, nous recevons souvent des traductions ayant les caractéristiques suivantes :
EN-GB->FR-FR : langue source = anglais du Royaume-Uni et langue cible = français de France
IT-IT->FR-BE : langue source = italien d'Italie et langue cible = français de Belgique

De plus, lorsque nous complétons des glossaires ou quand nous démarrons un projet avec un programme de TAO, il est important de préciser les codes adéquats. Attention, certains programmes ne nous permettent pas de mélanger les différentes variantes : FR-FR et FR-BE sont rangés séparément.

Il est généralement convenu qu'un traducteur travaille exclusivement vers sa langue maternelle. Cependant, dans certains cas (langue rare, traducteur vivant à l'étranger depuis de nombreuses années, par exemple), un traducteur peut être amené à traduire vers une autre langue. Cela se produit rarement car, il faut l'avouer, une grande expérience de la langue étrangère est nécessaire pour la maîtriser aussi bien que sa langue maternelle.

Enfin, il arrive que la langue cible se transforme en langue source. Nous avons alors à traduire un document résultant lui-même d'une traduction. La subtilité du message initial est dans ce cas difficilement préservée, selon le principe du "téléphone arabe". Lorsqu'un message doit être traduit en plusieurs langues, mieux vaut éviter les cascades et faire traduire directement le message original dans les différentes langues cibles. Si cela s'avère trop complexe, ou si l'on tient à ce qu'un traducteur spécifique effectue la traduction, avoir les différentes versions du message à sa disposition lui permettra de faire les recherches nécessaires en cas de doute ou d'incompréhension.


N'hésitez pas à laisser un commentaire si l'information vous semble peu claire, incorrecte ou incomplète.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Donnez votre avis, ne soyez pas timides.